Skip to content

Les différents types de risques financiers

“Je ne veux pas perdre tout mon argent”. C’est la phrase que l’on entend le plus quand on parle d’investissement à la bourse. 

De plus, les médias qui n’hésitent pas à faire les grands titres sur la bourse qui “clôture à son niveau historique depuis plus de 100 ans” à chaque fois que l’occasion se présente ne sont pas de nature à rassurer ces sceptiques.

Pourquoi la bourse est-elle risquée?

En général, quand on évoque les risques liés de la bourse, on fait allusion au risque de perdre de l’argent soit parce que la compagnie dans laquelle on a investi a fait faillite soit parce qu’on a vendu ses actifs lorsque le marché est en baisse comme en mars 2020 ou en 2008 lors de la tristement célèbre crise financière mondiale.

Faillite d’une entreprise dans laquelle on a investi

Ce risque est réel. Je ne vais pas prétendre le contraire ici. Dans mon travail, je vois tous les jours des gens qui perdent de l’argent parce qu’ils ont investi dans des compagnies qui font faillite, ou qui sont rachetées par d’autres et les termes de l’acquisition ne leur sont pas favorables. 

De plus, lorsqu’une compagnie fait faillite, les actionnaires ne sont pas des créanciers prioritaires, donc les créditeurs ont priorité sur eux et ils peuvent perdre tout leur investissement. 

Cependant, à moins d’être un investisseur aguerri comme Warren Buffet (d’ailleurs je suis sure que même lui a perdu de l’argent en bourse), on recommande généralement d’investir dans des fonds indiciels ou fonds négociés en bourse. Ce sont des paniers de titres qui se négocient à la bourse comme des actions. Ils présentent l’avantage de reproduire la composition d’un indice de marché boursier comme l’indice composé S&P/TSX de la bourse de Toronto. Ils sont aussi très diversifiés, car ils sont composés de plusieurs titres. La diversification permet de réduire le risque lié à la faillite d’une compagnie. Enfin, les frais de gestion sont peu élevés.

Quand on investit dans les fonds indiciels ou les fonds négociés en bourse, on minimise le risque de perdre de l’argent suite à une faillite parce qu’on a réparti son argent (et donc le risque entre plusieurs compagnies). Si une compagnie du FNB fait faillite, ce n’est pas tout ton argent qui disparait et puis les compagnies qui composent le fond sont généralement des compagnies ayant une très bonne santé financière. Elles ne sont pas choisies à la légère pour faire partir de ces fonds. 

Le S&P 500 par exemple reproduit la performance de 500 grandes entreprises américaines qui représentent 80% du marché boursier américain de par leur capitalisation. À mon humble avis, quelqu’un qui investit dans un tel indice est très loin de voir le risque de faillite d’une entreprise se matérialiser par une perte de son argent.

Sortir du marché au mauvais moment

L’une des règles cardinales de la bourse c’est acheter bas, vendre haut. Cela signifie qu’on doit toujours aspirer à vendre ses actifs à un prix supérieur à celui auquel on les a achetés. Nous connaissons tous cette règle quand on commence à investir et on sait la respecter tant que le marché se porte bien. On sait supporter une journée où les marchés ont mal performé. On se dit que ça va aller mieux demain.

Cependant, lorsqu’en quelques jours on perd 40% de la valeur de son portefeuille, il n’est pas facile de rester stoïque et de garder à l’esprit qu’on doit acheter bas et vendre haut (ce qui signifie que cette période est idéale pour investir davantage si on en est capable).

En mars 2020, lorsque la bourse de Toronto a perdu près de 40% de sa valeur en quelques semaines. Je me souviens que Wealthsimple nous envoyait des courriels pour nous rappeler que cela fait partie du cycle de la bourse, il y a des moments de faste et des moments de disette et que ce n’était pas le moment de sortir ses investissements. Malheureusement beaucoup n’ont pas suivi ce conseil. Je connais quelqu’un qui a vendu la moitié de son portefeuille dont la valeur était de plusieurs centaines de milliers de dollars pour “limiter ses pertes”. J’aimerais bien revoir cette personne aujourd’hui et lui demander comment elle se sent d’avoir tant perdu en cédant à la panique.

Car c’est de ça qu’il s’agit en réalité: la panique. On voit la valeur de son portefeuille diminuer et on a l’impression qu’on est en train de perdre les efforts et les économies de toute une vie. On ne voit pas comment on va récupérer de ce coup dur et on pense qu’il est mieux de vendre avant que la situation empire. Sauf que c’est en essayant de sauver les meubles qu’on perd tout en réalité.

L’histoire est là pour nous rappeler que chaque période de crise est toujours suivie d’une reprise extraordinaire. Que ce soit en 1929, 2008 ou 2020, les marchés ont connu une croissance extraordinaire après des moments qui semblaient avoir sonné la fin des marchés boursiers. Cela peut prendre des années comme en 1929 ou des mois comme en 2020, mais la reprise est toujours extraordinaire et ceux qui gardent le cap en ressortent toujours gagnants.

Dans tous les cas, pour minimiser les risques liés au marché boursier, on doit s’assurer qu’on n’achète que des actifs d’excellente qualité, qu’on a un horizon de long terme qui nous permet de ne pas vendre dans la panique lors des corrections de marché ou les crises et enfin la diversification qui permet de répartir le risque entre plusieurs actifs. 

D’autres types de risques financiers

Bien que la bourse représente ce risque évident dont je viens de parler et qu’il est facile d’éviter (diversification et ne pas vendre dans la panique), ce ne sont pas les seuls risques auxquels notre argent est soumis. Sans rentrer dans trop de détails, je vais lister certains autres risques financiers.

L’inflation

C’est le plus sournois. On ne le voit pas vraiment puisqu’il n’affecte pas directement le solde de notre compte bancaire. Si tu mets 100$ à la banque aujourd’hui, dans 5 ans tu retrouveras 100$ + les 0.5% d’intérêts que tu auras accumulé. Tu te diras alors que tu as gagné de l’argent, que ton 100$ a fructifié. Mais ce n’est pas vrai du tout. Tu ne peux plus acheter la même quantité et qualité de biens aujourd’hui avec ton 100$ qu’il y a 5ans.

Je vous avais parlé ici, il y a quelque temps de mon budget d’épicerie mensuel qui était de 80$. Aujourd’hui mon budget d’épicerie est passé à 120$ et je n’ai rien changé à mon alimentation. Les produits que j’achetais il y a 3 mois à 1$ coutent aujourd’hui 2$ même en spécial. Donc, avec mon 80$ d’il y a quelques mois, je ne pourrais m’alimenter que pendant 2 semaines. 

C’est ça l’effet de l’inflation. On ne la voit vraiment pas, mais elle est là et mange notre argent. 

En ce moment on estime que l’inflation est à 3,1% au Canada, ce qui signifie que si tu mets ton argent dans un compte d’épargne qui ne te paie pas 3,1% d’intérêts annuels, tu perds carrément de l’argent. 

Le risque fiscal

Le risque ici est que les lois fiscales changent et qu’on se retrouve à payer plus d’impôts que ce à quoi on s’attendait. Donc si tu as mis ton argent dans un compte d’épargne qui t’a payé 2% d’intérêt pendant 15 ans et qu’au moment où tu retires ton argent, les intérêts et dividendes sont plus taxés qu’au moment où tu as commencé à épargner, tu es mal barré!

Le risque sur les taux d’intérêt

En 2020, lorsque la pandémie a frappé et que la banque du Canada a baissé le taux d’intérêt directeur, la plupart des institutions financières qui offraient des taux d’intérêt acceptables les ont drastiquement réduits. Je sais par expérience que Wealthsimple offrait 2,4% sur son compte d’épargne. Ce taux est aujourd’hui rendu à 0,5%. 

On encourt le risque de taux d’intérêt lorsqu’on investit dans des Certificats de Placement garanti (CPG) ou tout autre type de placement à taux d’intérêt fixe.

Il y a aussi des risques politiques, de liquidité et économiques. Tous ces risques menacent notre avenir financier. On ne sait jamais lequel va se réaliser. Mais de mon point de vue, il me semble que le risque boursier est celui qu’on peut le plus minimiser et qui pourrait nous rapporter plus à long terme.

La question est donc de savoir si tu peux vraiment risquer de ne pas investir en bourse.

Comments

Comments are closed.

Related posts

Scroll to top