Skip to content

Doit-on épargner/investir pendant qu’on paie les dettes?

Voici une question qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. 

Pour les adeptes du zéro dette excepté l’hypothèque, il est totalement impensable d’épargner ou d’investir pendant qu’on paie ses dettes. Certains défenseurs de cette logique comme Dave Ramsey, animateur radio, homme d’affaires et gourou des finances personnelles, suggèrent de mettre de coté 1000$ comme fonds d’urgence de départ et de consacrer tout autre argent discrétionnaire (c’est-à-dire tout argent qui ne sert pas à payer le loyer/l’hypothèque, la nourriture et les factures) dans le paiement de ses dettes. 

Cette logique part de l’idée que toute dette est mauvaise et nous empêche de bâtir de la richesse, donc si on a une dette, on doit s’en débarrasser le plus rapidement possible avant de faire quoi que ce soit d’autre.

Une autre raison souvent avancée pour justifier l’idée qu’on ne doit pas épargner ou investir pendant qu’on paie ses dettes est que les intérêts qu’on paie sur les dettes annulent ou réduisent les intérêts et dividendes qu’on reçoit sur nos placements. Par exemple, si vous avez des dettes de cartes de crédit avec un taux d’intérêt annuel de 20%, aucun placement que vous ferez à la bourse ou ailleurs ne vous rapportera le même taux d’intérêt. 

Il serait donc plus logique de payer ses dettes pour véritablement bénéficier des rendements de ses investissements.

Selon moi, on doit continuer d’épargner et d’investir pendant qu’on paie ses dettes et je vous explique pourquoi dans les prochains paragraphes

La vie ne s’arrête pas pendant qu’on paie ses dettes

Imaginez que vous avez 1000$ dans votre fonds d’urgence et que vous mettez tout votre argent discrétionnaire dans le paiement des dettes de consommation, puis votre voiture ou votre maison a un problème qui nécessite une réparation urgente de 2000$ ou plus. Que faites-vous? À mon avis, vous allez sortir votre carte de crédit et payer l’urgence. Ce qui est un pas en arrière dans votre processus de sortie de dettes.

Un pas en arrière n’est pas si pire puisque rendu là vous aurez certainement une meilleure maitrise de vos finances et en empruntant sur votre carte de crédit, vous aurez probablement un plan pour rembourser cet emprunt. Mais les finances personnelles sont plus une affaire psychologique que de mathématiques. Ce pas en arrière peut décourager, créer du stress financier supplémentaire qu’on essaie justement de diminuer lorsqu’on s’engage à payer ses dettes.

Je l’ai dit sur Instagram, on ne peut pas poursuivre plusieurs lièvres à la fois sinon on a l’impression de ne pas avancer, ce qui peut créer du découragement et l’abandon. Il est donc important lorsqu’on décide de payer des dettes de se focaliser sur cet objectif et de ne pas disperser ses efforts. Cependant, plutôt que de consacrer 100% de son argent discrétionnaire au paiement des dettes, je dirais de consacrer un 10% à son fonds d’urgence. 

De cette façon, on sait qu’on a un petit coussin de sécurité s’il arrivait quelque chose parce qu’il faut qu’on se le dise, la vie ne s’arrête pas de tourner parce qu’on paie des dettes. Vous pouvez tomber malade, votre voiture peut tomber en panne, vous pouvez perdre votre emploi, etc. Bref, toutes ces situations pour lesquelles on se constitue un fonds d’urgence peuvent survenir pendant que vous payez vos dettes et il vaut mieux être préparé à les affronter pour ne pas s’enfoncer davantage.

Le meilleur moment pour investir c’était hier, le deuxième meilleur moment c’est aujourd’hui

On dit souvent que le temps que l’argent passe investi sur les marchés apporte de meilleurs rendements qu’essayer d’investir au “bon moment” (time in the market beats timing the market). Une autre façon de dire qu’il est préférable d’investir le plus rapidement possible. 

Si au moment où vous devenez intentionnel avec votre argent, vous avez 20 mille dollars de dettes, et que ça vous prendra 2 à 4 ans pour payer toutes ces dettes, si vous décidez d’être 100% focalisé sur le paiement des dettes et de ne rien consacrer à votre REER, au terme du paiement de votre dette, vous aurez “perdu” 2 à 4 ans d’opportunités sur le marché. Oui, vous aurez sauvé de l’argent sur les intérêts de la dette, vous aurez maintenant plus d’argent à investir, mais quelqu’un qui était dans la même situation que vous et qui consacrait un 10% de son argent discrétionnaire à son REER pendant qu’il payait sa dette, verra son argent investi pendant plus longtemps et les intérêts s’accumuleront sur son investissement pendant plus longtemps que les intérêts de la dette se sont cumulés. 

Et puis, si la personne a investi dans une année comme 2020 où le marché était bas, en 2021, ses investissements prendraient plus de 20% de rendement (chiffres personnels de mon portefeuille), surpassant les intérêts qu’elle aurait payés sur les dettes de carte de crédit par exemple. Ceci pour dire qu’on ne sait jamais quels seront les rendements de la bourse, il vaut mieux donc y entrer dès que possible même si on a des dettes à payer. 

Par ailleurs, n’oublions pas les avantages en impôts qu’on peut tirer en cotisant à son REER pendant qu’on paie ses dettes. Les remboursements d’impôts qu’on obtient peuvent être injectés dans le paiement de la dette ou réinjectés dans les cotisations REER. 

Formation d’habitude

On dit qu’il faut 21 jours former une habitude. Si vous prenez l’habitude de mettre un peu d’argent de côté quand vous payez vos dettes, lorsque la dette sera éliminée, vous aurez formé et ancré l’habitude d’économiser et d’investir. Ce qui ne peut qu’être bénéfique pour votre avenir financier. Quand la dette sera épongée, vous n’aurez aucune difficulté à rediriger votre argent discrétionnaire vers un compte d’épargne et d’investissement u lieu de le dépenser sur des choses qui ne contribuent pas à votre sécurité financière.

Il est important de se débarrasser de ses dettes de consommation. J’en avais parlé ici. Cela nous donne de la marge de manœuvre pour économiser, investir et vivre la vie qu’on souhaite. Cependant, je ne pense qu’on doit mettre en pause tous les autres aspects de sa vie, quitte à s’exposer à de gros revers. La concentration est importante quand on poursuit un objectif, mais si on a de grosses dettes, qui vont nous prendre des années à éliminer, je trouve que c’est jouer au loto avec son avenir que de ne rien économiser pour son fonds d’urgence et rien investir dans son REER. Ces deux postes sont les plus importants de n’importe quel plan financier. 

Comme je l’ai évoqué, on peut consacrer 80% de son argent discrétionnaire au paiement de la dette, 10% au REER et 10% au fond d’urgence. Ainsi, on sait qu’on avance couvert. S’il arrive quelque chose, on peut suspendre le paiement de la dette et on aura un coussin de sécurité pour nous éviter d’avoir un gros recul ou carrément un retour à la case départ. 

Comments

Comments are closed.

Related posts

Scroll to top