Skip to content

Achetez autant de lattés que vous voulez

Photo de Adrianna Calvo provenant de Pexels

Les lattés souffrent beaucoup dans les écrits sur les finances personnelles. 

Très souvent, dès qu’on commence à parler de mettre de l’ordre dans ses finances, on s’attaque immanquablement à votre café matinal au Starbucks ou au Tim Hortons. Qui n’a jamais entendu “au lieu de dépenser 5 $ chaque matin, faites votre café à la maison et emportez-le au bureau”. Généralement, c’est à ce moment que les adeptes du Tim et du Starbucks quittent la conversation. 

À y regarder de près, deux à trois voyages par semaine au Tim ne font pas tant de mal à vos finances. S’attaquer au Tim c’est de la pingrerie. Quand on veut réduire ses dépenses, il est plus important de regarder les gros postes de dépenses plutôt que de s’attaquer au 5 $ du café. 

Trois postes de dépenses engloutissent au moins 65 % de nos revenus : le logement, le transport et la nourriture. Quand on veut réduire ses dépenses, c’est sur ces trois qu’il faut se concentrer. Une réduction de 10 % de ces 3 postes de dépenses peut avoir plus d’impact que le café du Tim.

Logement

On dit souvent qu’on doit consacrer 25 à 35 % de notre revenu brut (c’est-à-dire avant impôts) au logement. Ceci inclut l’hypothèque ou le loyer, les assurances et les taxes. C’est sans aucun doute la plus grosse dépense qu’on a à faire chaque mois. En plus avec la situation qui prévaut en ce moment dans l’immobilier, cela ne m’étonnerait pas que des gens paient jusqu’à 50 % de leur revenu seulement pour avoir un toit au-dessus de leur tête. 

Avant de s’en prendre au pauvre café, il est préférable d’analyser la quantité d’argent qu’on consacre au logement et de voir comment on pourrait la réduire. Est-ce que vous avez acheté votre maison en fonction de la somme maximale que la banque vous a dit que vous pouviez emprunter ou en fonction de vos besoins ? Est-ce que vous vivez dans un 4 et demi tout seul parce que vous avez besoin d’une “chambre d’amis” ? Avez-vous vraiment besoin de tout cet espace ? 

En analysant ainsi votre logement, il est possible que vous en arriviez à la conclusion que vous seriez tout à fait heureux avec moins d’espace ou avec une colocataire. Dans un cas comme dans l’autre vous réduisez vos dépenses liées au logement.

Je vis en colocation depuis que je suis au Canada. Ça me permet de garder mes coûts de logement extrêmement bas. En ce moment, mon logement me coute moins de 15 % de mon revenu net (après impôts) et c’est une location tout inclus. Je n’ai donc pas à me préoccuper de choses telles que l’Hydro, l’internet et les assurances. 

Quand j’ai commencé mon nouveau travail il y a quelques mois, j’ai voulu prendre un appartement à moi toute seule. Le loyer et les charges me revenaient à environ 30 % de mon revenu net, je trouvais alors que ce n’était pas si pire. Mais en y repensant aujourd’hui, je suis reconnaissante à la dame qui s’est désistée pour me céder son appartement, car tout cet argent travaille fort pour moi plutôt que de payer pour un appartement dont je n’ai pas besoin.

Transport

On recommande d’y consacrer 10 à 15 % de son revenu. Quand on a un prêt auto, le montant on peut rapidement dépasser ce pourcentage quand on y inclut le carburant, les assurances, les paiements, le stationnement et l’entretien périodique ou alors si on a deux voitures.

Dans une optique de réduction de ses dépenses, on va se demander si on a vraiment besoin d’une voiture neuve dont les paiements seront forcément plus élevés, si on opte pour une voiture usagée, on va se demander si on a besoin d’un véhicule utilitaire sport dont la consommation en carburant sera supérieure à celle d’un véhicule plus petit, ou encore, a-t-on vraiment besoin de deux véhicules. 

En ce moment avec la pandémie et les gens qui travaillent de la maison, c’est plus que jamais le moment de revoir ses décisions en matière de transport.

Mes coûts de transport sont pratiquement nuls depuis que je travaille de la maison. Je n’ai pas de voiture (j’ai échoué mon examen de conduite la semaine dernière lol) et je vis à 20 minutes de marche de l’épicerie. Lorsque j’ai quelque chose de lourd à acheter ou une longue distance à parcourir, je demande à ma colocataire de m’accompagner en voiture ou alors je paie le bus. À ce jour, j’ai dépensé 2,65 $ en transport pour le mois d’avril (je paie le tarif pour personnes à faible revenu jusqu’en août parce que j’ai gagné moins de 20 mille dollars en 2019).

Alimentation 

C’est l’autre poste de dépenses auquel on recommande de consacrer 10 à 15 % de notre revenu. Je pense que c’est en voulant réduire les dépenses à ce poste que les gens ont commencé à s’attaquer au café du Tim. Une fois de plus, il faut considérer la situation dans son ensemble. Combien dépense-t-on à l’épicerie ? Je pense qu’en réduisant sa facture d’épicerie, on se donne de la marge de manœuvre pour un café de temps à autre au Tim ou au Starbucks. Et puis, il peut être moins dispendieux d’aller au café plutôt qu’au restaurant. 

J’avais déjà parlé de mon épicerie à 80 $ par mois. En ayant ainsi réduit ma facture d’épicerie, si j’allais au Starbucks ou au Tim, j’aurais assez d’argent pour le faire sans pour autant m’éloigner de mes objectifs. 


Ces trois postes de dépenses, si on respecte les recommandations des experts, représentent jusqu’à 65 % de notre revenu. En réévaluant nos dépenses dans ces catégories, on peut faire des économies plus significatives qu’en coupant le café qui à mon avis ne représente même pas 5 % de nos revenus (à moins qu’on y aille tous les jours et qu’on offre des tournées à ses collègues). 

Entre payer des intérêts sur une hypothèque beaucoup trop élevée pendant 20 ans ou engloutir 20 % de vos revenus pour vous déplacer d’un point A à un point B et payer un café à 5 $ 3 fois par semaine, qu’est-ce qui revient le plus cher à votre avis ? Je ne suis pas très bonne en calculs, mais je pense que le café revient moins cher à long terme, même si des publications sur Instagram vous disent que vous pourriez avoir 100 mille dollars en coupant le café. Vous pourriez avoir bien plus en choisissant une petite maison et une petite hypothèque ou en achetant votre voiture usagée en argent comptant. 

Lorsqu’on a fait le nécessaire pour maitriser ses dépenses dans ces catégories, on peut donc s’attaquer au Starbucks et au Tim si on estime qu’on dépense beaucoup trop là-bas. Je n’adhère pas à l’idée de réduire à l’os toutes les dépenses non essentielles sous prétexte qu’on veut sauver de l’argent. On n’a qu’une vie, il vaut mieux la vivre maintenant tout en investissant pour son futur plutôt de croire qu’on va se priver de tout maintenant et mieux vivre plus tard.

C’est en faisant certains choix sur ces grosses dépenses que je suis capable d’épargner 70 % de mon salaire. Comme je dis toujours, les finances personnelles sont personnelles. Chacun connait sa situation. Certains ne peuvent pas vivre en colocation, d’autres ne peuvent pas marcher, d’autres ne peuvent pas faire x ou y que je fais pour économiser pour des raisons qui leur sont propres. L’idée est d’analyser sa situation pour voir où on peut couper et de se focaliser sur les grosses dépenses qui pourraient vraiment faire une différence plutôt que sur des choses insignifiantes comme un café à 5$. 

Comments

Comments are closed.

Related posts

Scroll to top